Test du MSI Vigor GK50 Low Profile : un brin nostalgique

Vous êtes à la recherche d'un clavier mécanique compact pour votre petit bureau parisien ? Vous adorez le bruit des machines à écrire ? Vous voulez l'utiliser pour jouer et pas pour taper ? Alors on a peut-être un clavier pour vous.

Vigor GK50 Low Profile - Box

L'activité de la section Hardware se développe et avec elle les nouvelles marques pour lesquelles nous pouvons vous proposer du nouveau contenu. La plupart des lecteurs du Laboratoire et de la forge connaissent MSI pour ses PC et portables, ses composants, ses cartes graphiques, mais ils font aussi des périphériques. Vu qu'on n'a (pas encore) la prétention de pouvoir tester comme il se doit leurs produits phares, on va pour le moment se pencher sur les accessoires, et notamment sur le clavier Vigor GK50 Low Profile que l'on nous a proposé en test.

Ce qu'on a aimé

L'aspect compact

Ce clavier a été clairement pensé pour des joueurs qui n'ont pas énormément de place sur leur bureau et sont forcés de gagner de la place où ils peuvent. Avec ses 40 cm de long et ses 14 cm de large, il remplit assez bien cette mission. Les 3,5 cm d'épaisseur, par contre, le mettent plutôt dans la partie "épaisse" de la catégorie. Donc dans l'absolu, il ne prendra pas de place, mais il demandera un peu d'adaptation en terme de verticalité, surtout en l'absence de repose-poignets. On y reviendra, mais ce n'est pas vraiment un clavier prévu ou pensé pour la saisie de texte.

Des interrupteurs inédits

La course des interrupteurs plats Kailh blanc n'est que de 3 mm, et elles envoient un signal à mi-chemin de ces 3mm. Autant vous dire que le clavier est réactif. Cela suit les tendances du marché du clavier gaming actuel : augmenter la réactivité pour augmenter les performances des utilisateurs. Oui, les gains de performances sont calculables et quantifiables, mais dans la pratique, ils sont loin d'être perceptibles. Après, si tant est qu'on arrive à trouver une position de frappe convenable sur un si petit clavier, il en ressort une réelle sensation d'agilité, renforcée par les touches plates qui ne sont pas sans rappeler un clavier de portable.

Un look métallique classy

Bien que ce clavier soit très petit, c'est un périphérique très élégant. La plaque supérieure du clavier est faite de métal brossé pour lui donner un look épuré et futuriste, qui, on doit l'admettre, met particulièrement en valeur le rétro-éclairage des touches et arrive à le rendre bien moins criard. On n'est pas indifférent non plus au logo MSI en forme de dragon gravé au-dessus des touches directionnelles, même si c'est très certainement bien plus discutable. 

Des fonctions par dizaines

Un bon nombre de touches propose une fonction alternative. notamment pour les fonctions multimédia. Cependant, bon nombre d'entre elles sont prévues pour gérer des fonctions liées à l'environnement MSI, pour par exemple gérer l'overclocking de votre matos à la volée. Sauf que bon... Tout le monde n'a pas de matos MSI dans sa tour, tout le monde n'a pas non plus les connaissances 

Un accessoire pour virer vos touches

Alors là, on tire notre chapeau à MSI, juste parce que c'est d'habitude le genre de trucs sur lequel on doit râler, mais ils ont pensé à rajouter à leur clavier ZE accessoire dont on peut avoir besoin sur un clavier mécanique : la pince pour virer les touches et accéder au switch. Enfin un constructeur qui a utilisé sa tête. C'est assez rare pour être signalé.

Ce qu'on a moins aimé

Le prix

Aux alentours de 100€ à l'heure actuelle chez les différents revendeurs, ce clavier est un peu cher pour ce qu'il propose. Certains concurrents, comme Sharkoon par exemple avec son PureWriter, proposent des performances très proches voire supérieures dans certains domaines pour quasiment 25€ de moins.

Edit: il nous a été signalé que les claviers Sharkoon n'étaient pas si faciles d'accès en France. Après vérification, on s'est rendu compte que notre exil allemand avait effectivement du bon pour les périphériques, puisque la plupart des concurrents de ce clavier, même dans une gamme de prix un peu supérieure, ne sont pour la plupart pas distribués en France, ou alors pas au même prix. Point de Redragon K589, pas de Havit KB395 non plus, et le Corsair K70 MK2 ou le Logitech G915 sont un cran au dessus en terme de prix.Désolé, mais pour une fois, la Teutonie a du bon !

Des interrupteurs inédits  mais aux performances déjà égalées

Les interrupteurs Kailh blanc sont présentés comme inédits, mais propose les mêmes performances que leur version bleue : ils font juste un peu moins de bruit et offrent un point de pression plus doux, moins rigide.

Une barre d'espace problématique

Alors... On a un temps pensé que c'était peut-être un défaut sur l'échantillon, mais une rapide recherche a confirmé que nous n'étions pas les seuls à souffrir de ce souci. Vu qu'on teste toujours nos claviers en alternant travail (saisie de texte) et jeu, on a noté rapidement un sacré souci avec notre barre d'espace : non seulement elle offre un retour super lent par rapport aux autres touches, mais vous perdez aussi systématiquement le clic si vous ne la pressez pas en plein milieu. Vous vous y faîtes, certes, mais c'est quand même dommage.

Un logiciel lourd et daté

Ce que MSI fournit en la matière ne répond pas aux attentes du commun des mortels, comme la plupart des fabricants me direz-vous, mais c'est particulièrement lourd dans ce cas précis. Vous devez vous inscrire, vous devez faire 50 clics avant d'accéder à la configuration à proprement parler, qui se résume essentiellement à la création de macros et à la gestion du rétro-éclairage. Sauf que si on vous donne la possibilité de créer des dizaines de macros, on ne vous donne pas la possibilité de les nommer, ce qui vous demandera un sacré effort de mémoire. Après, si vous êtes un fan de la marque et que vous avez plusieurs produits à y connecter, il devient plus pertinent mais cela reste très limité.

Crache ton dragon, Myrhdin

En un mot comme en cent, ce Vigor GK50 n'est pas un mauvais clavier mais il a malgré tout des défauts qui sautent parfois un peu aux yeux, notamment une barre d'espace lente et surtout à la détente TRÈS variable et ce logiciel propriétaire encombrant et peu flexible si vous voulez changer quoi que ce soit sur le clavier, et encore, le champ des possibles est fort limité et ... Ah, oui, non, pardon, on est mauvaise langue, vous avez plein de fonctions pour gérer le rétro-éclairage, parce que c'est un clavier gamer, vous comprenez.

On accordera au Vigor qu'il a le mérite de proposer des interrupteurs de qualité et qui font très bien ce qu'on leur demande (sauf sur la touche espace donc), ainsi qu'un bruit et un toucher qui ne sont pas sans nous rappeler nos jeunes années.

De manière très honnête, le Vigor GK50 n'est pas un mauvais clavier et représente une bonne offre dans l'absolu, a fortiori car il semble être un des touts premiers claviers à se placer dans ce segment de prix en France.

Ce test a été réalisé par Myrhdin avec un périphérique fourni par le constructeur. Sa rédaction n'est le fruit d'aucune transaction financière que ce soit entre le rédacteur ou JeuxOnLine et le constructeur ou les entreprises le représentant.

Mise à jour: Ce test a été mis à jour pour refléter la réalité du marché francais, quelques considérations et jugements se basant initialement sur des comparaisons avec des produits qui n'y sont a priori pas faciles d'accès.

Réactions (4)

Afficher sur le forum

MSI


Activités Constructeur informatique
Création 1986 (Taiwan, Province of China)
Pays d'origine Taiwan, Province of China
Plus d'informations sur MSI

Que pensez-vous de MSI ?

0 aime, 0 pas.