Test du routeur TP-Link Archer AX11000 : du lourd, dans tous les sens du terme

On a eu l'occasion de tester pour vous un des tout derniers routeurs WiFi, qui propose une spécialisation intéressante dans le domaine du gaming. Retour sur deux ou trois semaines d'utilisation intense.

Quiconque a vécu dans une longère bretonne ou dans un appartement aux murs remplis de métaux en tous genres, certains pas forcément aux normes, connaît le fameux problème du WiFi qui ne marche pas comme il devrait partout dans la maison. Et bien évidemment, c'est toujours votre espace de jeu ou votre lieu de travail qui est le seul à ne pas être couvert. Alors oui, comme tout le monde, on vous dira "Le WiFi, c'est bien pour les casus, l'Ethernet, c'est ce qu'il vous faut". C'est juste non négociable. Mais on a toujours été curieux de voir ce que l'on pouvait avoir à gagner si d'aventure on investissait dans un routeur WiFi haut de gamme, comprendre un truc qui soit prévu pour être vraiment efficace, et pas simplement joli ou bling bling comme les boxes de vos fournisseurs d'accès.

TP-Link est venu frapper à notre porte en nous proposant de jeter un oeil à son Archer AX11000, qui rentrait pile poil dans cette catégorie, avec un prix assez imposant pour espérer des résultats à la hauteur des questions que l'on doit se poser avant de payer un routeur plus cher qu'une édition collector d'une console de dernière génération.

On partage avec vous notre ressenti.

Ce qu'on a aimé

Les specs 

Quand on a lu les caractéristiques de ce routeur, on a eu une pensée un peu nostalgique : "Nom de dieu, ce routeur est plus puissant que le laptop qu'on avait il y a dix ans". Cela ne devrait plus nous choquer, surtout quand on a déjà plus de trente ans d'évolution de PC dans les pattes, mais voir un appareil aussi passif offrir de telles performances fut néanmoins un choc.

Un processeur quadricœur, un gigaoctet de mémoire vive : pratiquement aucun risque de latence causée par le routeur qui gère sans effort n'importe quel débit tout en garantissant des vitesses rapides. Le Wi-Fi 6 est intégré, un plus pour le matériel dernier cri, le routeur peut aussi transférer des données sans fil jusqu'à 10756 Mbps.

Bien entendu, pour ce faire, il vous faudra la connexion et les périphériques estampillés WiFi AX qui vont bien, mais les ordinateurs et téléphones de dernière génération sont la plupart du temps d'ores-et-déjà compatibles. Par exemple, les smartphones qui embarquent un Qualcomm Snapdragon 855, et à fortiori le plus récent 865, sont compatibles, mais cette fonctionnalité doit être activée par le constructeur.donc prenez bien le temps de vérifier avant de vous lancer. Du côté des PCs et tablettes, c'est un peu moins démocratisé pour le moment, mais la Surface de Microsoft par exemple est compatible, alors qu'a priori, aucun Mac ne l'est, si ce n'est le tout dernier iPad Pro 2020.

Les performances

Il est important à ce point de séparer les performances liées au matériel en lui-même et ce que vous pouvez faire avec le matériel en question.

La portée et la qualité de la réception de ce routeur sont absolument incomparables aux performances d'un routeur de fournisseur d'accès. Placés côte à côte, les performances étaient en moyenne 45% meilleures pour le Archer, qui continuaient à nous fournir un débit stable à plus de 10 mètres à travers 3 murs, là où l'on avait dû installer un relais pour garantir la stabilité du signal sur notre box de base. Une autre illustration des performances de ce routeur ? Branché à un troisième étage dans un immeuble avec des appartements à 3m de plafond, vous captez le réseau au rez-de-chaussée. La qualité n'est pas terrible, mais cela reste fort impressionnant.

Vous avez aussi la possibilité de configurer jusqu'à trois réseaux différents qui tournent en parallèle. Un réseau 5G est par exemple exclusivement prévu pour le jeu. La technologie DFS embarquée bascule automatiquement les utilisateurs sur les segments les moins empruntés pour maintenir des vitesses de connexion aussi élevées que possible. Cela évite les engueulades au sein du couple parce que votre chère et tendre veut regarder un replay de "Ru Paul's Drag Race" en HD pendant que vous butez des Locustes avec un pote en multi sur votre console.

La connectivité et les fonctions du boîtier

Pas moins de 8 ports disponibles, dont un à 2,5G, des ports USB, tout ce qu'il faut pour satisfaire n'importe quel joueur ou organiser une bonne vieille LAN à la maison. On a réussi à les remplir, mais notre cas un peu particulier de joueur multiplateformes compulsif est un extrême que bon nombre d'entre vous n'auront pas à gérer. 

Plus intéressant pour moi furent les quelques boutons qui ornent le boîtier : vous avez les traditionnels boutons Marche/Arrêt, Réinitialisation et Configuration WPS. Un peu plus gadget, un bouton pour contrôler le rétro-éclairage, qui est pourtant minimaliste. Sans doute pour ceux qui installent un routeur WiFi aussi puissant dans leur chambre et sont plus inconfortés par un petit peu de lumière que par les ondes du routeur. Par contre, le dernier bouton donne la possibilité de désactiver d'une simple pression le réseau WiFi lié à votre routeur : un excellent moyen pour vous d'instaurer un couvre-feu forcé à votre gosse qui tiendrait coûte que coûte à faire une énième partie de Fortnite sur sa tablette...

Les assistances embarquées

Le routeur embarque aussi des fonctions pré-installées qui sont fort pratiques. Bon, on le reconnaît, pas forcément au même degré pour tout le monde, mais la plupart d'entre elles peut s'avérer utile à un moment ou un autre.

La plus utile à nos yeux fut très clairement la fonction "Game Accelerator" : elle détecte automatiquement les jeux qui sont en train d'être joués sur votre réseau et optimise la bande-passante qui leur est allouée ou s'assure que le ping d'un jeu comme League of Legends n'est par exemple pas impacté par un téléchargement de fond sur un autre jeu ou une autre console autre part. Le routeur l'utilise aussi pour attribuer à chaque joueur la bande Wi-Fi la moins utilisée.

La fonction "Game Protector" est une espèce de suite de protection de votre expérience en ligne qui vous aide à maintenir votre cybersécurité à jour dès le routeur et ainsi protéger les périphériques connectés. À noter : c'est la partie du routeur qui gère la reiriection des ports (utiles principalement pour les joueurs console) mais aussi la gestion du VPN intégré qui peut être configuré en Open VPN ( la solution la plus sûre mais la moins noob friendly) ou en PPTP VPN (plus facile mais beaucoup moins sûre, au point que certains fournisseurs d'accès interdisent tout simplement cette méthode).

Enfin, une autre fonction un peu plus gadget mais qui plaira aux passionnés de statistiques, "Game Diagnostics", vous permet de vérifier la latence en temps réel, le temps de jeu sur l'un ou l'autre de vos chouchous, on en passe et des meilleures.

L'application mobile

Alors c'est rare qu'on s'emballe pour une companion app, mais là, pour le coup, notre découverte de Tether, l'application de Tp-Link qui connecte votre smartphone à votre routeur (et une longue liste d'autres périphériques de la marque) fut un vrai plaisir, car elle vous donne accès à la plupart des fonctions les plus pratiques de votre routeur depuis votre poche

Non seulement vous pouvez gérer les options liées à "Game Protector" évoquées plus haut, mais vous pouvez aussi très facilement ouvrir un réseau spécialement prévu pour vos invités, ou même créer des QR codes pour partager votre connexion en quelques instants.

Vous pouvez aussi vérifier à tout moment la qualité de votre bande-passante de de votre latence, vérifier quel appareil connecté à votre routeur consomme le plus, vérifier si l'un ou l'autre de vos enfants est toujours en train de jouer au lieu de faire ses devoirs et gérer en conséquence leur profil à distance pour leur couper les ponts en temps et en heure. 

Extrêmement facile à confifgurer, c'est sans doute la companion app qu'on a le plus utilisé depuis des années, alors même que les quarantaines ne nous donnaient pas vraiment la possibilité de partager des réseaux invités !

Ce qu'on a moins aimé

Le prix

Ce test est rédigé le 5 juin et l'auteur vient de commander une Xbox One X collector pour 299 euros. Ce routeur est trouvable pour un peu plus de 100 euros de plus à l'heure actuelle. C'est quand même une sacrée somme. Est-ce que les points positifis évoqués plus hauts justifient son achat ? À notre sens, oui, tant l'expérience fut appréciable, mais certains diront sans doute "Pour ce prix, tu peux avoir un routeur moins cher et acheter des extensions au besoin". On ne pourra pas vraiment leur donner tort.

L'encombrement

L'Archer AX11000 est sans aucun doute l'un des routeurs orientés gaming les plus encombrants que nous ayons jamais vu. C'est un carré de quasiment 30 cm de côté mais qui, en plus, une fois ses antennes déployées, culmine à près de 20 cm de haut. Le boîtier est aussi plutôt du côté dodu en terme de poids, avec plus d'un kilo sur la balance, ce qui n'est quand même pas commun.

L'approche "gamer" du design

On est toujours les premiers à appeler les fabricants à un peu plus de retenue quand ils proposent des produits visant les joueurs, les vrais. Même si on trouve parfois quelques nouveautés en la matière attirantes, le rétro-éclairage ou les formes futuristes nous laissent généralement insensibles. Ce fut encore le cas cette fois-ci au moment d'assembler ce routeur prévu pour les joueurs.

Combiné à son encombrement, le rouge des antennes fait de ce routeur un objet assez criard qui passe très bien dans une chambre d'étudiant, mais qui est beaucoup mois passe-partout dans un foyer un peu plus âgé. Mais bon, en même temps, si vous lisez JOL, il y a fort à parier que vous avez déjà l'étiquette de nerd de service sur le dos, donc un peu plus ou un peu moins... Quand on pense par exemple à la gamme Orbi de chez Netgear (attention cependant, les performances sont loin d'être comparables), il y a un sacré goufre visuel. 

On notera aussi la possibilité, encouragée par la présence d'emplacements pour des vis, de fixer l'engin que ce soit aux murs ou au plafond. Tant qu'à faire, autant faire en sorte que tout le monde le voit une bonne fois pour toute.

Le temps de démarrage

Oui, oui, ok, c'est sans doute très personnel, parce que bon nombre d'entre vous n'éteignent jamais leur routeur. On voit la chose différemment et on désactive le nôtre au moment du coucher. Il n'y a pas de petites économies (même si bon, si vous avez 400 boules à mettre dans un routeur gaming, cela vous passe sans doute au-dessus de la tête). On doit dire que le temps nécessaire au démarrage est particulièrement décevant... Il n'est pas rare que l'on doive attendre près de 2 minutes avant que tout ne soit opérationnel. Ce n'est sans doute pas uniquement lié au matériel et la connexion doit sans doute influencer la chose pour les vérifications d'usage, mais pour un produit promettant un accès ultra-rapide à votre bande-passante, le démarrage donne une impression assez laborieuse.

L'absence de câble Ethernet 2,5G

C'est sans doute le truc qui nous rend complètement fou quand cela arrive sur un test de matériel haut de gamme. Si vous fournissez des périphériques ou des câbles pour votre produit, assurez-vous d'au moins fournir ce que votre matériel supporte de mieux ! Messieurs de chez TP-Link, votre routeur a un port Ethernet 2,5G, c'est un de vos principaux arguments de vente que de chercher la vitesse à tout prix... Pourquoi nous refiler un câble Ethernet tout simple pour connecter votre appareil ?

Crache ta flèche, Myrhdin

Ce fut notre première expérience avec un routeur premium, et que dire... Ce fut une bonne claque.

Il est clair que l'on n'aurait sans doute pas envisagé son achat, car même si le prix semble justifié par ses performances et ses qualités intrinsèques, force est de constater que c'est trop pour notre simple appartement. Aurait-on eu une maison de bonne taille, par contre, c'est clairement un investissement que nous aurions pu envisager tant il aurait simplifié la vie de la famille.

L'intelligence de cette machine rend une expérience gaming WiFi palpable. Pas encore optimale ou 100% équivalente à une connexion Ethernet, mais nous sommes persuadés que les performances de ce routeur satisferaient 99% des utilisateurs de JOL tant les différences en terme de latence sont faibles entre les deux options proposées par le routeur.

Très sincèrement, en dehors du prix, qui est à notre sens acceptable au regard des performances, le principal obstacle pour nous est l'apparence du routeur. Il n'est pas discret et il est difficile de le rater, surtout si a fortiori on essaye de respecter les règles de base d'utilisation d'un routeur et qu'on n'essaye pas de le cacher dans un coin.

Pour ce qui est du prix... Ce test a peut-être beaucoup de points négatifs, mais aucun n'est vraiment lié aux performances promises par ce routeur. Il est aussi important de rappeler que ce routeur n'est pas non plus prévu pour tout le monde. C'est la crème de la crème. Ce qui se fait de mieux sur le marché à l'heure actuelle. Il n'y a que quelques modèles d'AX11000 sur le marché, tous à des prix imposants, et il n'y a encore que peu de périphériques qui peuvent pleinement en profiter. On a la chance d'en avoir un avec une Surface 3, et cela en vaut la peine.

On va le dire et le répéter une dernière fois : ce routeur représente le haut de gamme absolu à l'heure actuelle, et il a un prix à la hauteur.

Réactions (19)

Afficher sur le forum

  • En chargement...

Activités concepteur de produits électroniques
Création 1996 (Chine)
Pays d'origine Chine
Plus d'informations sur TP-Link

Que pensez-vous de TP-Link ?

0 aime, 0 pas.