Test du Razer Huntsman Elite

Dernier né de la gamme de claviers Razer, le Razer Huntsman Elite vise à donner une nouvelle dimension aux claviers mécaniques de jeu performants. Mais il a un petit truc bien à lui : un tout nouveau commutateur opto-mécanique.

HuntsmanElite20183DBoxFront

Le Razer Huntsman Elite est l'un des tout premiers claviers de jeu à utiliser un commutateur optique, et on peut se le permettre de le dire en introdutcion, le résultat est extrêmement prometteur. Seul gros bémol, le prix conséquent de ce clavier qui culmine à près de 210€.

Même s’il ressemble comme une goutte d’eau et demie au clavier le plus classique de Razer, l’Ornata, ce nouveau modèle vous propose quelques innovations qui sont plus ou moins évidentes et plus ou moins appréciables. Est-ce que ce clavier vaut son prix ? Suivez le guide, on essaye de vous dire ce qu’on en a pensé.

Ce qu’on a aimé

Les touches

HuntsmanOpto MechanicalSwitch2018StudioShootChroma1

L’argument de vente numéro un du Huntsman Elite sont les interrupteurs optomécaniques violets de Razer. Si vous retirez une touche du Huntsman Elite, vous pourrez voir un truc pas du tout commun sur les claviers mécaniques : un interrupteur violet, monté sur un ressort métallique, placé juste devant un cylindre en plastique transparent qui est le coeur de la principale innovation de ce nouvel interrupteur.

En effet, ces interrupteurs fonctionnent en utilisant la lumière infrarouge. Original, non ? Une sacrée avancée par rapport aux claviers mécaniques habituels qui ne sont au final pas si différents des machines à écrire dans leur conception. Lorsque vous actionnez un interrupteur optomécanique (si l’on en croit le site officiel de Razer, il vous suffit d’enfoncer la touche de 1,5 millimètres ou d’exercer une force de 45 grammes), vous permettez à un faisceau infrarouge d’activer un connecteur qui envoie un signal au clavier qui le remonte immédiatement au PC.

RazerOpto-MechanicalSwitch2018Render2.png

Cela peut sembler tout à fait gadget dans les faits, parce que vous ne taperez jamais aussi vite que la lumière et que vos réflexes face aux stimuli en jeu ne peuvent pas non plus espérer concurrencer la vitesse de la lumière. Mais au final, on a quand même noter un gain en performance sur un pan qui vous fera sans doute sourire. Nous sommes malgré les pages et les pages que nous écrivons pour JeuxOnLine, de très mauvais dactylos, nos résultats sur des sites de type TypingTest tournent autour de 95 à 100 mots dans un bon jour (le fait qu’on s’acharne à faire des tests en anglais n’aide peut-être pas), mais sans rien changer à nos habitudes, si ce n’est quelques heures d’utilisation de ce clavier, on a vu un petit bond dans nos performances à 110 mots par minute. Et on peut vous assurer que l’amélioration est uniquement liée au clavier puisque l’on n'avait absolument jamais dépassé les 105 mots même sur une bonne série.

Pour ce qui est des performances en jeu, difficile à dire : c’était la première fois qu’on avait l’occasion de vraiment tester en profondeur un clavier à touches optomécaniques et on avait donc très peu de références dans le domaine, si on omet des sessions de quelques minutes sur un clavier Corsair proposant la même technologie. Au feeling, on a eu l’impression que les interrupteurs violets proposaient une expérience plus passe-partout que leurs homologues, offrant une sensation de retour très correcte pour jouer aux MOBA ou aux MMO et être bien sûr que vous avez lancé ce foutu ultime, tout en réduisant globalement le bruit proposé par d’autres et en proposant une expérience plus fluide pour les joueurs de FPS. Nous n’avons pas trouvé de vraie spécialité à ce Huntsman Elite, mais c’est peut-être bien là une de ses qualités principales.

Le repose poignet

HuntsmanElite2018ChromaWristRest3

Le Huntsman Elite est livré avec un repose-poignet amovible qui vous permet d’agrandir ou non la surface de votre clavier et d’améliorer votre confort. Le repose-poignet n’est vraiment pas énorme, prend très peu de place et le fait qu’il soit amovible le rend particulièrement fonctionnel. Il est d’ailleurs extrêmement confortable si vous avez des mains et bras correctement proportionnés, la mousse ne s’enfonce pas et le simili cuir ne garde pas vraiment trace de vos appuis, le châssis en plastique est robuste et se clipse très facilement au clavier via une connexion magnétique.On notera aussi que le repose-poignet ne souffre pas de votre utilisation du clavier, que vous pouvez surélever sans aucun souci.

Les commandes médias

HuntsmanElite2018ChromaMediaControl4

Enfin. En déballant le clavier, on a poussé un ouf de soulagement ou presque : Razer nous offrait enfin des touches médias qui ne vous demandent pas de passer par l’infâme combinaison FN + FX. Razer revient peut-être un peu en arrière, au temps de ses premiers claviers avec des interfaces médias tactiles intégrés, mais on s’en fiche : on a maintenant des touches médias discrètes et rétroéclairés qui nous permettent de naviguer dans nos logiciels favoris sans avoir à nous casser la tête. Les boutons sont circulaires et offrent toutes les commandes de base. Un plus gros cadran propose de gérer le volume. Les plus gamers d’entre vous trouveront cela idiot et inutile, mais quand vous achetez un clavier pour jouer et travailler comme nous, c’est une option des plus agréables.

L’intégration facile à Synapse

HuntsmanElite2018SetupShootChromaHyperfluxMambaFireflyKrakenProV21

Là encore, un gadget pour les plus puristes d’entre vous, mais comme la très grande majorité des derniers produits Razer, le Huntsman Elite est rétroéclairé et s’intègre donc dans l’environnement Synapse. Le programme a vraiment fait d’énormes progrès et il est devenu très simple de faire ce que vous voulez de vos périphériques : certes, cela demandera quelques essais si vous voulez mettre en place des effets complexes liés à certaines applications, mais au final, c’est à la portée de tous une fois que vous avez essayé les différentes fonctionnalités.

Synapse vous propose aussi quelques interfaces préprogrammées pour certains jeux comme Overwatch ou Diablo 3. Seul souci, elles ne sont pas toujours très compréhensibles ou bien lisibles. Mais bon, c’est un gadget sympa que d’avoir une couleur de périphérique différente pour chaque personnage d’Overwatch par exemple.

Ce qu’on a moins aimé

Le prix

210€. Nuff said? C’est vraiment cher pour un clavier et ce même pour les plus accros aux performances, surtout quand d’autres marques proposent ce même type de produits pour un peu plus de moitié pri (on pourra par exemple aller regarder du côté du Aorus K9 Optical pour une performance sans doute très similaire à moindre coût).

Le bruit

Mise en situation : on a voulu tester ce produit dans le cadre de notre taff, qui implique de longues sessions de frappe. Après 4 jours, tous nos collègues travaillaient avec leur casque. Après 5 jours, une collègue pourtant assise à plus de dix mètres de moi et derrière des étagères a fini par m’appeler pour me demander de changer de clavier. On est encore loin de pouvoir allier performance et silence, et on a aussi conscience que ce n’est pas censé être l’utilisation première de ce clavier. Mais on ne peut pas attendre que l’usage d’un clavier se résume à du jeu avec de la musique à fond dans les oreilles.

Le rétro éclairage autour du clavier

HuntsmanElite2018Chroma5

La bande chromatique qui fait le tour du clavier et de son repose-poignet éclaire vers le bas, ce qui réduit considérablement l’impact et la visibilité de cette fonctionnalité si ce n’est dans un environnement déjà sombre. A l’inverse de la gamme Hyperflux qui éclaire sur les côtés et ver le haut, faisant en sorte que vous voyez votre choix d’éclairage en toute circonstance, là, vous éclairez votre bureau, ce qui est complètement invisible ou presque en plein jour. On accordera que l’effet de halo ainsi créé est agréable à l’oeil dans la pénombre, mais c’est un peu ennuyeux, surtout si l’on considère que cette fonctionnalité vient avec un coût assez ennuyeux. En effet, pour rétroéclairer le repose-poignet, vous devrez le brancher en USB lui aussi ! Votre clavier mobilisera donc deux ports sur votre tour : nous voilà revenu au moins 6 ans en arrière sur notre bon vieux Razer Lycosa qui avait pas moins de 4 fiches à brancher, 2 USB et 2 pour le son.

Crache ton colt, Myrhdin

Le Huntsman Elite est un clavier ambitieux qui tient la grande majorité de ses promesses, mais nom de Dieu, qu’est-ce qu’il est cher. Il est joli, il est confortable et si l’on en croit la pub de Razer et celle faite autour de ce type d’interrupteurs, ce clavier vous suivra facilement pendant 10 ans, donc sur le long terme, ce sera sans doute un achat rentable, mais cela reste une somme à débourser, même pour les gamers les plus aisés.

Est-ce qu’il vaut la peine d’être testé ? Très clairement. Est-ce qu’il améliore vos performances ? Sans aucun doute car il vous permet de réagir plus rapidement et de manière plus précise en jeu. Est-ce que cela vaut la peine de débourser deux fois plus que ce que peut proposer la concurrence juste parce qu’il y a les trois serpents dessus ? On laisse votre portefeuille seul juge.

C’est quand même extrêmement triste de voir que dans la plupart des cas, la conclusion de nos tests de produits Razer contient toujours cette mention du prix comme un point négatif. On aimerait vraiment avoir un jour des produits de cette marque qui cherchent à être compétitifs avec leurs concurrents.

On notera cependant qu'une version classique du Huntsman, sans repose-poignet, sans touches médias et sans rétroéclairage latéral, est proposée pour la bagatelle de 159,99€. Ca fait cher le simili cuir et les 4 boutons.

Ce test a été réalisé grâce à un échantillon fourni par le constructeur et n'est en aucun cas le résultat d'une transaction financière entre JeuxOnLine et le constructeur.

Réactions (20)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Razer ?

8 aiment, 9 pas.
Note moyenne : (19 évaluations)
4,8 / 10 - Moyen